Rechercher
  • EFDLT

Hasta luego Ricardo...

2011. Maison Louis Guilloux. Saint-Brieuc.

C'est cette année-là que j'ai rencontré ce drôle de bonhomme sous son grand chapeau. Je participais alors à la deuxième académie d'écriture organisée par le GFEN dans la maison du célèbre écrivain briochin. Ricardo Montserrat m'a appris à aimer mes textes, il m'a appris à les vivre, il m'a appris à oublier le « contexte ». La tâche était difficile, mais Ricardo a réussi à me prouver qu'elle était nécessaire. Alors, ces textes, nous les avons mis en scène : j'ai dansé le tango avec Monsieur Bidule, le grand mannequin en bois, on s'est donné la réplique, Ricardo m'a poussée à aller au-delà de moi-même. Cette mini-résidence a donné lieu à deux représentations publiques. Ricardo m'avait fait un beau cadeau : il m'avait redonné confiance en moi.

Ricardo, c'est un écrivain, un dramaturge, un militant. Il y a quelques jours encore, il réagissait sur Facebook à la mort de Samuel Paty, défendant la liberté d'expression, la fraternité, et surtout... la liberté. Ricardo avait cette force de donner la parole à ceux à qui ne l'ont pas, à militer pour la justice et pour le peuple, à lutter contre toutes les formes d'oppression.

Ricardo s'en est allé il y a quelques jours, de façon très brutale. Il va nous manquer, mais nous n'oublierons ni ses mots, ni ses combats.


Hasta luego Ricardo.

2 vues

 

 ~ En français dans le texte ~
              Perrine Morlière, ateliers d'écriture, rédaction

  • Google+ Black Round
  • Facebook Black Round
  • Twitter Black Round

Plérin-Saint-Brieuc - Côtes d'Armor

Tèl. 06 73 09 10 86